CR « Débarquement en Normandie », weekend du 15 et 16 avril 2017

Compte rendu de notre weekend en Normandie les 15 et 16 avril 2017.

Merci Jean-Louis pour ce compte rendu particulièrement émouvant. Qu’importe si l’on a fait le weekend ou pas, on a l’impression d’y être, de le vivre en lisant ces quelques lignes.

—————————————————————————————————————–
Il est immodeste que le narrateur commence son compte rendu en parlant de lui-même, mais pour une fois je vais laisser ma modestie sur le parking (de la concession) et exprimer une joie paradoxale : c’est grâce aux 24h motos, que je peux fermer la concession un samedi, et donc que je peux, accompagné de Christine, être, dès 7h du matin, sur le parking d’Auchan en ce weekend Pascal pour rejoindre mes nombreux « petits camardes » inscrits à la sortie NORMANDIE. Plus d’une trentaine de motos, 56 pilotes et de passager(ères) déjà bien imperméabilisés pour écouter le briefing rituel de sécurité.

Stéphane l’un des deux organisateurs (de ce qui allait devenir un weekend mémorable) qui prenait une année de plus a tout de suite trouvé le bon moyen de motiver l’équipé en annonçant qu’avec Isabelle Ils offriraient l’apéro). La ponctualité, vu le grand nombre de participants, avait été demandée par les organisateurs pour un départ à 7h15 et respectée par les participants puisque les moteurs vrombirent à 7h15.
Apres une centaine de Kms d’autoroute sous un ciel bien chargé en nuages (mais qui ne lâchaient pas de perles ….de pluie), nos mayennais nous rejoignent pour constituer notre convoi définitif de 37 motos.
37 big twin vibrants en convoi c’est long, mais c’est beau…direction PEGASUS BRIDGE, premier haut lieu de l’histoire du débarquement, dans un weekend qui s’inscrit d’abord dans un acte de mémoire pour notre commando du LE MANS LEGEND CHAPTER.

PEGASUS BRIDGE : première mission de notre commando : 30 minutes pour reconstituer nos forces avec pour ration : viennoiseries et boissons chaudes

puis nous partons à l’assaut d’ARROMANCHES qui sera notre point de chute pour le déjeuner.
L’envahissement d’ARROMANCHES par nos 37 V TWINS vrombissants se conclut par la prise d’assaut du parking du phare, dominé par une statut de la vierge, avec une rigueur militaire faite d’à peu près puisqu’il a fallu l’intervention des capitaines POURCEAU et LHUILLIER pour stationner nos engins dans un ordre « presque regroupé ».
Pour un défilé du 14JUILLET, il nous resterait quand même pas mal de répétitions à prévoir pour entendre et exécuter une instruction tous en simultané, mais comme : « on n’est pas là pour se faire engueuler …. » mais pour se marrer … tout fini par s’exécuter dans la joie et la bonne humeur.
Nous laissons nos engins sous un ciel très couvert mais non pluvieux à cette heure de midi pour nous diriger en formation groupée vers notre cantine non pas de campagne mais de bord de mer puisque notre réfectoire est orienté pleine vue sur la grande ….grise.

 

Après le repas, pour les plus audacieux et /ou courageux (l’écrasante majorité de notre escadron) nous partons à l’assaut de la colline …pour rejoindre la salle de cinéma circulaire. Les plus fragiles (non pas de nom) serons rapatriés sur site par le véhicule infirmerie un bon quart d’heure plus tard. Pour voir un film diffusé dans une salle avec 9 écrans circulaires sur 360° illustrant sous la forme d’images chocs le débarquement des alliés.
Quelques minutes seulement d’images fortes… Qui parlent instantanément à nos tripes et à nos cœurs : bouleversant
A la sortie de la salle, nous devons faire face à l’attaque surprise de la pluie qui nous oblige à enfiler nos tenues de combat étanche avant de nous diriger en formation serrée vers le cimetière américain de COLLEVILLE sur MER, aux abords d’OMAHA BEACH. Partout le long de la route, la population nous saluait comme des libérateurs, d’il y a 73 ans.
Nous parquons nos V Twin en formation « desserrée » sur le parking du cimetière américain.
Nous rejoignons une guide qui nous met « en condition » par rapport à l’histoire du site et qui nous oriente dans les allées impeccablement entretenues vers les croix blanches du souvenir.

Authentique séquence émotion à la vue de près de 10.000 croix blanches diaboliquement alignées toutes orientées vers le Mémorial en demi cercle avec au centre la magnifique statue de bronze représentant l’esprit de la jeunesse américaine s’élevant des flots l.(voir photo)
Par ma part, de notre guide, je retiendrai ses paroles éclairées et lucides : « tous les soldats allemands n’étaient pas des nazis ou des SS. Tous les soldats américains n’étaient pas des saints, mais il faut les regarder comme des libérateurs. » Ces paroles résonneront encore plus fort et prendront encore plus de sens le lendemain lorsque nous visiterons la pointe du HOC.


17H30 : nous assistons à la cérémonie de descente des deux drapeaux américains qui dominent le cimetière. Emotion, recueillement en ce lieu chargé de souvenirs et de liberté retrouvée

….Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaitre
Pour te nommer

Liberté

Le poème « liberté »de Paul Eluard fut largué par les avions de la RAF en milliers de tracts sur la France occupée (1942)
Lentement nous retournons à nos montures mécaniques puis toujours sous les salutations des visiteurs présents, nous quittons le cimetière pour rejoindre le lieu où nous allons poser notre paquetage pour la nuit.
A l’entrée de notre lieu d’hébergement, une superbe banderole « BIENVENUE AU LE MANS LEGEND CHAPTER » réalisé par le maitre des lieux de sa propre initiative, nous touche et donne déjà le ton de ce qui deviendra un lieu de souvenir phénoménale dans l’histoire de notre chapter.
Prise des positions par le déploiement de chacun pour l’occupation du site, puis regroupement autour du bar pour l’apéro avant l’envahissement de salle de restauration qui nous est exclusivement réservée.
Pour une soirée de caserne… ce fut une mémorable soirée
L’ambiance bon enfant est montée spontanément et progressivement encouragée par une formation musicale locale en trio pour atteindre des sommets de détente … tout simplement une putain de soirée sans chichi, sans artifice mais avec la participation de tous pour une ambiance de cantine de collège remplis d’élevés très dissipés… mais restants bien élevés


DU PLAISIR SIMPLE A L’ETAT BRUT…DU BONHEUR PUR
Fin des festivités après minuit.
Rendez-vous pour un départ de l’hôtel à 8H le dimanche matin en direction de la plage d’OMAHA BEACH pour ceux qui s’étaient inscris aux activités : char à voile et randonnée pédestre guidée le long de cette plage du débarquement.
L’atmosphère sur cette plage au soleil levant sur la mer est douce et apaisante, la température est agréable et la rigolade contamine le groupe lorsque nous nous voyons les uns les autres avec notre équipement char à voile : chasuble rouge, vieux pantalon sans forme, très vielles godasses, casque niché sur la tête et masque de ski pour la plupart. Tous autant que nous sommes : nous avons le look coco !! Bien avant même que certaine conjointe très attentionnée envers leur moitié apporte leur touche finale…d’équipement de protection !!!
Après un briefing technique de montage de voile, nous nous retrouvons enfin alignés sur la plage, chacun installé dans nos chars à voile pour le départ et là : PAS DE VENT
Le char à voile sans vent cela devient vite gavant.


Il semble que ce soit la deuxième tentative du chapter pour cette activité qui comme pour la première fois tourne court faute de vent. Selon le proverbe arabe qui dit : ne renonce jamais tu pourrais passer à deux secondes du bonheur …. Il va falloir organiser une troisième tentative à bon organisateur salue
Vers 10H30, regroupement général sur la plage des randonneurs et des « voileux » débarrassés de leur accoutrement grotesque pour un retour vers l’hôtel et une douche bien chaude.
Déjeuner sous forme de buffet froid dans un restaurant directement sur la plage d’OMAHA BEACH
Puis 14H30 départ d’un premier escadron vers LA POINTE DU HOC tandis qu’une autre partie du régiment avait décidé de tenir la position d’OMAHA BEACH quelques heures de plus jusqu’au lendemain.
LA POINTE du HOC vu du dessus, c’est déjà poignant mais : s’imaginer 30 mètres plus bas de cette falaise verticale et sous le feu des canons allemands est IMPOSSIBLE et pourtant ils l’ont fait nos libérateurs.

 

 

 

C’est un regroupement d’une quinzaine de motos qui repris la route en direction de nos pénates respectives. Pour les manceaux nous reprîmes possession de notre ville aux alentours de 19H.
UNE SORTIE CHAPTER idéale ou tout y était : la quantité, la qualité, les péages gratuits, la convivialité, l’humour, la rigolade, la « déconnade », la culture, le recueillement, le devoir de mémoire.
Alors un très grand bravo aux deux organisateurs de ce weekend,

Un immense merci à tous les safety pour un encadrement sans faille de notre très long convoi, et congratulations à tous les participants qui font de notre Chapter ce qu’il est et qui est précieux pour chacun d’entre nous.
Et faisons en sorte que cela dure.
Jean Louis

CR Sortie « Caves et Troglodytes » du 26 mars 2017

Mis en avant

7h45 : les motos sont alignées sur le parking du Super U d’Arnage, un dernier motard fait le plein. La température extérieure est plutôt fraîche mais l’accueil est des plus chaleureux. Après de nombreuses embrassades et visiblement un grand plaisir à se retrouver, il est déjà 8h.

Après les recommandations d’ usage, Jean Marc donne le départ direction le Lude ou nous attend un café et un croissant. Cette halte est la bien venue pour nous réchauffer, bien sur mais aussi pour discuter chiffon pour les filles et gros cubes pour les garçons. On se régale et l’ambiance est très conviviale.

9h30 en route pour Saumur, la route est magnifique, nous apprécions le travail de notre président et de ses pisteurs qui nous ouvrent la route et nous sécurisent le passage des ronds points. Le bonheur est là, la campagne est belle et nous arrivons trop vite au Domaine Bouvet-Ladubay.

Les motos sont parfaitement rangées dans la cour de la propriété, et après un rapide tour de la salle d’exposition nous sommes conviés à visiter les nombreuses galeries qui composent les caves d’élaboration du vin pétillant. Notre guide sait nous captiver par ses explications et les questions fusent tout au long de la visite. Il fait 12° et l hygrométrie est très élevée, les saisons n’ont pas d’impact sur ses éléments dans les caves et restent identiques tout au long de l’année, c’est bien sur le secret d’un bon vieillissement. La joie et la bonne humeur règne au sein de notre groupe, puis nous revenons au point de départ pour déguster 4 vins, 2 blancs , 1 rosé et 1 rouge , chacun y va de son commentaire, certains passent même commande.
 
Cette dégustation nous a ouvert l’appétit et nous repartons heureux et satisfait car nous avons rendez vous à Doué la Fontaine au restaurant « les cathédrales de la saulaie » et cela tombe bien car il est midi plein et nous avons faim.

 

Accueil sympathique, le patron met à notre disposition quelques petites planchettes afin que les béquilles ne s’enfoncent pas dans le sable. Nous pénétrons donc dans ces grandes salles souterraines ou règne une douce chaleur, et c’est donc dans ce cadre convivial et insolite que nous dégustons ces spécialités régionales que sont les fouées cuites au four à bois et accompagnées de beurre, rillettes, mogettes et autres fromages. Avant de repartir vers d’autres aventures nous faisons le parcours historique en son et lumière afin de bien comprendre l’ origine de ces grandes salles souterraines en forme de voûte.


Le départ est donné et après quelques ronds points nous voilà arrivés aux écuries du Baron Foullon, pour découvrir le Musée « Aux Anciens Commerces ». La patronne Madame Lucette Martin nous reçoit dans la cour et nous invite à visiter une quinzaine de ses petites boutiques d ‘autrefois entièrement reconstituées dans ce superbe bâtiment du 18 ème. Nous nous laissons porter comme par magie par cette visite ou des souvenirs enfouis et des parfums oubliés remontent en nous comme des émotions intactes de notre enfance .


 

 

 

Enfin vers 15 heures, Madame Martin nous a interprété un spectacle ou chacun a pu rire et chanter, à ce moment l’égrégore était vraiment palpable. Ce petit show terminé et après quelques photos dans cette grande cour, nous sommes repartis directement sur le Mans. La encore, nous nous sommes régalés à parcourir ces départementales si jolies en cette belle après-midi printanière.

19 heures nous arrivons au rendez vous, une belle journée s’achevait et nous nous promettions en nous embrassant de nous revoir bientôt.

Thierry Robin

 

CR Sortie « Run des Alpes Mancelles du 26 février 2017 »

Merci beaucoup à Juan pour son aide; ce run était sa première sortie avec nous et déjà à son stylo pour nous faire ce beau compte rendu de notre première sortie 2017.

Merci à Stéphane pour l’organisation et le pilotage de cette sortie.

Le Comité d’Animation Le Mans Legend Chapter.

Nous nous sommes retrouvés sur le parking d’Auchan à 9h.

 
Tout le monde fut ponctuel. Après les instructions données avant chaque sortie, (règles de sécurité, positionnement des nouveaux et des anciens, réglage d’éventuels problèmes par l’intermédiaire du président…), nous sommes partis sous un ciel gris et pluvieux.
Tout s’est bien passé sur la route. Nous sommes arrivés à St CENERI le GEREI. Nous y avons pris un petit déjeuner. Avant de reprendre la route, nous avons fait la traditionnelle photo de groupe.
Laurence (la femme de Jean François) a demandé à Stéphane (le capitaine du groupe) de me prêter un pantalon de pluie, je les en remercie.
Nous sommes arrivés au restaurant et avons attendu 5 minutes que le reste du groupe arrive (en retard suite à un problème d’alarme de moto).
Nous avons trinqué et mangé en « carrosse » !

Puis nous sommes allés au bowling.
Nous nous sommes divisés en plusieurs équipes et avons commencé la première partie. A la fin de la deuxième partie, nous avons eu le classement de chaque joueur et avons distribué les prix.
Enfin, nous nous sommes dit au revoir et chacun est rentré chez soi.
Je tiens à remercier le groupe, malgré le froid et la pluie, j’ai passé une excellente journée en leur compagnie.
Les lieux rencontrés, les repas partagés, les activités proposées et les conseils donnés, ont fait que ma « première fois » fut inoubliable.
Juan Andres BELTRAN

CR Sortie « La Commanderie d’Arville », 4 septembre 2016

p1030026p1030117

Malgré quelques péripéties, cette belle sortie a pu être réalisée. Nous étions finalement 6 motos et 10 personnes au départ.

p1030010Nous avons pris la route à 8h40, direction St-Mars-la-Brière, sous un ciel bien couvert et menaçant. Rappel de petits souvenirs d’Irlande, Christian était en fin de convoi – non pas avec le camion assistance, mais bien avec sa moto !

Après un arrêt à DOLLON, afin de permettre à ceux qui le souhaitaient de mettre leur tenue de pluie, nous avons traversé les petites routes de campagne en passant devant l’Auberge de la Croix Mignon située en bordure de forêt.

p1030018
Puis, arrivée à SOUDAY (41) jolie petit village où les commerces principaux sont encore là, et sa particularité : deux pompes à essence à l’ancienne, toujours en service, juste devant le bar où nous avons pris un petit déjeuner.

p1030021Nous avons continué notre route vers ARVILLE (41) afin de visiter la Commanderie fondée par les Templiers au début du 12e siècle (vers 1128 ou 1130). Par l’importance des bâtiments existants elle reste un ensemble unique et une des commanderies les mieux conservées de France.

p1030027

Son musée nous donne des informations intéressantes, d’autant que nous étions chacun guidé par un audiophone tout au long de notre visite.

p1030066
Nous avons pu découvrir dans les jardins de nombreuses plantes médicinales utilisées à l’époque pour tous les maux dont la population pouvait souffrir ; certaines de ces plantes sont actuellement toujours utilisées.

p1030085Il ne faut pas oublier le prunier qui fut envahi par certains du groupe qui se sont régalés en mangeant les « couilles de Pape ».
Le sens de la visite nous a aussitôt amené vers l’église… Y avait-il des remords pour certain ?
Nous avons retenu une particularité : il ne reste qu’une seule cloche sur les deux dans le clocher de cette église. La restante a été nommée et gravée « Françoise » — Fanfan était aux anges !

p1030068Un bric-à-brac était là, installé auprès de la Commanderie avec vente de produits locaux dont les pains de 2 kg cuits dans le four de la Commanderie. Nous avons eu l’opportunité d’assister au défournement de ces pains, ce qui n’était pas prévu.

p1030101Reprise des motos pour le déjeuner direction l’étang de BOISVINET au PLESSIS DORIN (41). Nous avons déjeuné simplement avec une ambiance festive sur des airs d’accordéon. Nathalie et Didier se sont d’ailleurs lâchés en dansant la valse sur le macadam.

p1030115Sur le retour, nous avons fait une petite halte face au château de MONTMIRAIL, direction la Ferté-Bernard, où nous avons pris un pot sur la place face à l’allée piétonne remplie de parapluies jusqu’à la vieille porte d’entrée de la Ville — effet garanti, l’idée est géniale !
Pour finir, le groupe c’est scindé en deux pour regagner chacun nos domiciles.
Nous remercions tous les participants et nous retiendrons de cette belle virée un bon moment de détente. Chacun a pris le temps de profiter de tous les instants dans la bonne humeur et finalement sans pépin.

Alain et Babeth

CR Sortie de la Mine Bleue, dimanche 24 juillet 2016

DSC_8086 DSC_8141

C’est donc à cause d’une guêpe que je rédige le mémoire de cette escapade en région Angevine dont le but était la visite de « La Mine Bleue » (lire plus loin).

DSC_7999Les 30 participants étaient ponctuels au rendez-vous de départ ce dimanche 24 juillet 2016 dans une ambiance déjà « chaleureuse ». Dès l’heure dite, les consignes de sécurité pour le parcours dispensées, tous les bikers ont profité du trajet organisé sur les routes ombragées du bord de Sud Sarthe en direction du point de ressources de la matinée.

DSC_8004C’est au « Grand Hôtel » de Solesmes (pas moins !!!) que nous attendait le copieux (n’est-ce pas Gégé ?) petit-déjeuner dans un cadre chic et reposant… Une promenade digestive a suivi pour apprécier le cadre verdoyant et paisible de notre étape mais aussi pour se donner bonne conscience après les calories des croissants au beurre (dixit Pascal…).

DSC_8016
Puis la troupe a repris sa route dans la perspective du prochain arrêt au gré des petites routes de campagne partagées en bon voisinage avec des coureurs à pied, à vélo ou autres tracteurs…

 

DSC_8039Arrivés à Daon, au bord de la Mayenne (cette fois) nous avons trinqué (avec modération) à la Bonne Santé d’Annick qui nous a fait partager la joie de son anniversaire. Merci encore Annick !
Une guêpe, ayant profité du voyage dans l’écharpe de Brigitte a été sommée (grâce au moyen fortuit du contenu de nos sacoches…) de ne pas nous gâcher la suite de la journée.

C’est au moment où je jouais l’infirmière qu’Édith m’a distribué le rôle de rédactrice du compte-rendu de la journée…

DSC_8071Puis, à coups de sifflet, militairement nous avons regagné nos montures pour continuer notre périple angevin et rejoindre (sans accro sur le timing) le restaurant à Combrée (Bel Air) où chacun a pu, agrémentés de bavardages joviaux, apprécier le menu concocté par nos organisateurs (sauf moi pour qui les plats de poissons et autres crustacés sont proscrits pour raisons allergiques…). Merci encore à l’équipe de l’Auberge de l’Ombrée, conciliant pour mon menu de circonstance. (L’information est ainsi donnée… sous les conseils de Frédo !).

Je passe sous silence la visite hasardeuse d’une autre guêpe sur Jacky (allias Frankie) puisqu’il n’a pas souhaité mon assistance considérant l’emplacement de la piqûre à un endroit délicat de son anatomie.

DSC_8091
Puis l’heure prévue pour la visite de « La Mine Bleue » sonnant, le groupe a rejoint Brice qui nous a fait découvrir l’art de mettre en valeur une ardoise.

 

DSC_8134
Ensuite, Jennifer nous a guidés dans les méandres de la mine (126 mètres sous terre). Elle nous a transportés de sa voix passionnée dans le temps passé où la mine était exploitée. La bonne humeur de ses explications nous a fait découvrir une vie de labeur dans des conditions de travail très durs et nuisibles à la santé pour les Hommes dès l’âge de 12 ans mais dont le courage n’était pas « feint » (ni soif…). Et puisque Jennifer avait épuisé les « est-ce quelqu’un a une question ? ». Les visiteurs ont repris place dans le TGV (Ndr : Très Grande Vibration) puis l’ascenseur pour le retour en surface.

C’est de là que le convoi redevenu motards a repris la route du retour, s’égrainant au fur et à mesure des destinations personnelles…

Merci à Édith et Patrick pour l’organisation de cette journée de partage.
Merci aux acteurs de la sécurité d’avoir chassés les ombrages…

En espérant que la lecture de ce mémoire vous aura tenu jusqu’au bout de ces lignes…

Nathalie CHAPEAU
(PS : Interro surprise à la prochaine réunion…).

CR du voyage en Irlande du 13 au 21 mai 2016

 

IrlandeIrlande0

Irlande01

Jour 1 (vendredi 13 mai) – Le Mans – Roscoff – rédigé par FrédoIrlande02

Je ne m’attarderai que sur quelques lignes pour laisser libre récit à mes co-auteurs sur notre séjour.

 

J’avais ce désir de connaître ce pays depuis de nombreuses années ! Ils l’ont fait !
Un séjour organisé par Jacky L., Jean-François, Jean-Yves, Tonio merci à eux !
48 personnes/25 motos/ 1 camion assistance prêté par Alain et conduit par Christian D. (et heureusement que nous avions le véhicule ! Indispensable pour de grands trajets, il a bien été sollicité !)

Irlande03Le jour J étant arrivé, le rendez-vous est donné à Auchan – Zone Nord – plein des estomacs et des motos faits, paquetage optimisé pour 9 jours et cela n’as pas été simple ! Quel climat allons-nous rencontrer avec bravoure ? chaud/froid – pluie/soleil ? Il faut tout emporter et penser à tout ! C’est toujours compliqué et surtout pour une fille ! Après de brèves recommandations et la formation des 3 groupes effectuée, la chevauché fougueuse s’élance pour rejoindre notre nouveau point de rendez-vous sur CHERBOURG.

Irlande04Pour rappel, info de dernière minute de l’agence, le bateau que nous devions prendre à ROSCOFF est avarié ! Solution trouvée : départ de Cherbourg mais pas de cabines, voyage dans des fauteuils. Pas d’importance, nous sommes de grands voyageurs et le principal c’est de rejoindre la côte irlandaise.
Quelques gouttes d’eau sans gravité et après le défilement des kilomètres nous arrivons sans soucis à CHERBOURG. Là, nous attendent la sœur de Martial et le « bof » pour une escorte dans le centre-ville où nous prenons un verre pour ensuite nous accompagner à l’embarquement.

Irlande05Le bateau nous attend, nous rentrons par petits groupes et motos harnachées nous prenons place, dans une salle nous étant réservée, avec de beaux fauteuils, royal mieux que dans l’avion ! Le dîner englouti avec quelques bières et plusieurs verres de vin, nous prîmes un petit comprimé pour essayer de passer quelques heures dans les bras de Morphée.Irlande06 Le réveil de chacun fut un récit, afin de raconter à sa façon sa nuit ! Après une petite toilette et vêtements changés, nous prenons rendez-vous pour le petit-déjeuner fort sympathique. Il est temps, ensuite, de rassembler nos affaires puisque nous apercevons déjà la côte Irlandaise. Chacun peut débarquer, tout s’est bien passé !

 Irlande07

 

Jour 2 (samedi 14 mai) – Rosslare – Killarney – rédigé par Jean-Luc

 

Après une nuit que l’on aurait espéré plus confortable, nous débarquons à 13 h pétante a ROSSLARE à la place de CORK.

Irlande08Dès les premiers mètres, tout le monde à gauche, puis quelques centaines de mètres, et nous nous arrêtons pour le 1er apéro sarthois (rillettes obligent), puis au « Culletons bar » voisin afin d’y déguster les premiers sandwichs et gouter la première GUINESS du périple.

Irlande09Nous reprenons les motos, et après quelques kilomètres, l’appréhension de la conduite à gauche s’estompe, et le plaisir de rouler reprend ses droits. Très vite, nous découvrons de très belles maisons avec des parcs très bien entretenus qui bordent la route. Les villes et les villages que nous traversons, sont également très « clean ».

Le road book est mis de côté, puisqu’ayant débarqué plus loin que prévu, nous prenons la route la plus directe pour rallier KILLARNEY. Nous traversons WATERFORD, puis peu avant DUNGARVAN nous empruntons la N72 (ça nous rappelle quelque chose). Peu à peu, nous découvrons également l’état des routes Irlandaises : les amortisseurs vont être mis à rude épreuve ! Des trois groupes initialement prévus, nous n’en formons désormais plus qu’un.

Irlande10Nous arrivons à KILLARNEY sans encombre, et nous nous installons à l’hôtel Holiday Inn. Et là, premier incident : la moto de Jean-Marc se retrouve à terre sans explication. Quelques égratignures sur la moto et sur la voiture d’à côté. Rien de méchant, mais un épisode jamais agréable.

Après une bonne douche, nous nous retrouvons autour du dîner. Ensuite, quelques courageux vont découvrir les Pubs environnants, puis chacun regagne sa chambre. Et là, bonheur suprême… Un vrai lit… Quel pied !!!

 Irlande11


Jour 3 (dimanche 15 mai)
– Boucle de killarney – rédigé par Jean-Yves & Jo

Irlande12Après une nuit de repos bien mérité dans un hébergement confortable (le Holliday Inn), nous avons repris des forces avec un petit déjeuner irlandais. Le départ fut donné à 10h pour un run vers Kenmare. Le site « Ladies view », où nous avons pu apprécier les bords des lacs de Killarney, est un point de vue panoramique en référence à la reine Victoria.

Irlande13Ceci nous emmène au déjeuner à Waterville, petite ville irlandaise du comté de Kerry. Après un apéritif sarthois au cul du camion, nous nous sommes attaqués à notre frugal pique-nique préparé par le personnel de l’hôtel ; s’en est suivie une pause-café sur une terrasse faisant face à la mer et à la statue de Charlot qui fit la joie de bon nombre d’entre nous pour une photo souvenir.

Irlande14Nos bikers (bikeuses) reprirent la route en direction de Glenbeigh afin d’abreuver certaines montures puis nous filons vers Caragh Bridge, Shanacashel et Killorghin.

Irlande15Notre périple nous fit découvrir des paysages magnifiques, de somptueuses demeures typiques, quelques habitations aux toits de chaume, des collines verdoyantes ainsi que des tourbières.

En fin de soirée, nos montures nous ramènent à Killarney pour le dîner après lequel une escapade en direction du centre-ville nous permet de découvrir ces pubs animés de musique, de chants irlandais et de… Guiness.

Une belle première journée qui laisse présager un très bon séjour.
Irlande16

 

Jour 4 (lundi 16 mai) – Killarney – Galway (212 km) – rédigé par Valérie V.

Après notre deuxième nuit à l’hôtel Holiday Inn, le départ est fixé à 8h45. Le temps est couvert, il fait 13,5°C. La sortie de Killarney est difficile, nous sommes dans les embouteillages. Et oui, les Irlandais vont travailler. Cela nous laisse le temps de contempler cette jolie ville, bien typique et de remarquer que les collégiens sont tous vêtus d’un même uniforme, comme si le temps semblait s’être arrêté.

Irlande17Le voyage vers Tarbert, nous permet de longer des champs de tourbe. Nous arrivons bien comme prévu avant 10h30 pour prendre le ferry. Les motos rangées, nous traversons l’estuaire de Shannon de Tarbert à Killimer. Nous débarquons à 11h et reprenons la route. Malgré une préparation minutieuse, Jean François a recours à la carte routière, cela sera la seule fois. Respect !

Irlande18Sur la suite du parcours, plusieurs petits incidents surviennent, histoire de pimenter un peu le voyage. Gérard a un problème avec son tableau de bord, mais rien de grave. Didier, lors d’un redémarrage ne peut s’empêcher de rouler à droite malgré l’insistance des klaxons de ses copains. Enfin, 2ème arrêt, Valérie R. a perdu son cache d’appareil photo qui s’est propulsé sur Eliane. En attente en bord de route, Frédo en profite pour amuser le groupe avec le porte-voix.

Irlande19Après avoir traversé Spanish Point, Milltown Malbay et Lahinch, nous suivons la côte et arrivons aux falaises de Mohair, sous un superbe soleil. Nous longeons à pied les falaises et contemplons la vue sur l’océan, le paysage est grandiose.

Après discussion la pause déjeuner se fait à Doolin, sur la terrasse d’un bar au bord d’un ruisseau. Sur le parking, un homme nous distribue des flyers pour un Harley Custom Bike Show en septembre. Il est 15h, nous prenons notre traditionnel apéro : vins et toasts de rillettes et mangeons nos sandwichs. Il fait très chaud, c’est super agréable. Qui a dit qu’en Irlande, il ne fait pas beau ?

Irlande20Nous reprenons notre run entre Doolin et Galway sur des routes très sinueuses, à travers des paysages très contrastés, monts désertiques ou très arborés, de grands pâturages avec des vaches. Nous sommes surpris en bord de route par des moutons aux couleurs de leur propriétaire. Réel dépaysement !

Arrivés à Galway à 17h50, nous prenons possession de notre chambre dans l’hôtel Clayton, pour un petit repos avant le dîner. Le soir, direction Galway city, en bus de ville pour une balade nocturne.

Irlande21Plusieurs groupes se forment et se retrouvent dans des pubs. Didier se fait encore remarquer en dansant tout seul sous l’œil amusé des Irlandais. Dans les rues, nous sommes surpris de voir des filles très peu vêtues, perchées sur de très hauts talons. Le retour à l’hôtel initialement prévu en bus, se fera pour certains d’entre nous en Taxi. Sympa, le chauffeur, accepte de nous monter à 11 dans une voiture de 8 places !

II est temps d’aller se reposer, une longue journée nous attend le lendemain !

Irlande22 

 

Jour 5 (mardi 17 mai) –Tour du Connemara – rédigé par Virginie P.

Irlande23Notre départ de Galway le 17 mai commence par un choc frontal contre une porte pour Claudette !!! Grosse bosse au niveau du front !!! Très impressionnant… Claudette montera dans le camion auprès de Christian le temps que cette jolie bosse se résorbe ; nous quittons donc Galway comme prévu vers 9h pour nous rendre à Clifden.

Irlande24Le temps ce mardi n’était pas en notre faveur, énormément de pluie !!! Nous avons donc découvert les lacs du Connemara, les champs d’exploitation de tourbe, les élevages de moutons dont certains peu sauvages faisaient leur sieste sur le bord des routes bordées de murets, l’abbaye de Kylemore, le tout sous la grisaille irlandaise.

Irlande25La chaussée glissante a provoqué quelques chutes de plusieurs motos, bien heureusement à l’arrêt : Gégé & Fanfan, Jean-Jacques & Marie-Cécile et Joël & Virginie ont couché leur joujou !!! Ça frime en roulant mais pour redresser les motos que des petits bras, heureusement que les gentils bikers sont là 😀😀
Après cette journée bien humide, retour à 19h à l’hôtel, avec un accueil plus que sympathique de la responsable.

Irlande26Nous avons fini la soirée au Pub en face de l’hôtel qui était autrefois la gare de Clifden, ne perdons pas les bonnes habitudes !!! Bernard et Jean-Marc ce sont mis à la Guitare, Jacky nous a chanté du Johnny et la soirée s’est terminée par une partie de Madison endiablée.Irlande27


Jour 6 (mercredi 18 mai)
– Clifden – Dublin – rédigé par Stéphane L.

Irlande28Nous quittons l’hôtel Clifden Station House vers 8h30 et parcourons environ 15 minutes de trajet en direction de Ballyconneely. Visite du fumoir « Connemara Smokehouse ». De nombreux commentaires très enrichissants par un expatrié Montpelliérain autour du saumon, en passant de la préparation au conditionnement.Irlande29

Après dégustation et quelques achats, nous avons repris la route en direction de Dublin.

Pause déjeuner à Tullamore et surprise au menu du Kelly’ s bar : sandwichs carrés en place des triangles…Irlande30

Quelques photos derrière les tonneaux annonçaient la visite commentée par Pamela de la distillerie de whisky de Tullamore Dew. Irlande31

Après une dégustation de 3 whisky, nous sommes repartis pour rejoindre le Camdem Court Hotel à Dublin. Malgré une circulation dense, le convoi arrive au complet…

Puis pour clore la soirée et comme chaque soir après le repas, un petit détour au Pub voisin, pour y savourer une ou plusieurs bonnes bières.

Irlande32

 

Jour 7 (jeudi 19 mai) – Dublin – rédigé par Fabienne D.

Ce jeudi 19 mai est une journée libre à Dublin. Un peu de repos…Irlande33

10h : Nous avons prévu une visite de la concession HD à Dublin. Organisation des départs en taxis sous une pluie battante. Certains sont plus serrés que d’autres !!!

Irlande34À la concession, chacun fait ses petits achats, T-shirts, écussons et pins d’Irlande. Grosse journée de chiffre d’affaires !!!
Il y a des embouteillages dans les cabines d’essayage pour les filles !!!

Irlande35

Retour en tramway fin de matinée direction Temple Bar. À la station Abbey Street le groupe s’est éclaté.

Irlande36
Notre groupe décide de visiter le 2ème magasin HD dans Temple Bar, mais nous sommes un peu déçus.
Nous prenons la rue des Champs Elysés de Dublin « O Connel Street ».

Notre estomac nous appelle et allons déjeuner. Dégustation des Fishs and Chips !!!
Ensuite, visite du magasin Arnotts (notre Galeries Lafayette Irlandais), puis arrêt obligatoire chez Magnum !!!

 Irlande37       Irlande38       Irlande39      

Dublin est une ville très jeune, dynamique et vivante, en opposition avec son esprit très austère.

Irlande40Nous décidons de prendre le bus impérial pour la découverte de la ville. Cela nous permet de nous poser un peu ! Visite très agréable et enrichissante. Visite du quartier où se situe l’usine Guiness ! Une institution pour l’Irlande.
Mauvais calculs de notre part pour l’heure du retour : résultat, nous sommes arrivés en retard, et nous sommes faits un « peu » remarquer par le groupe qui étaient à table. L’hôtel attendait que nous soyons arrivés pour servir l’apéro !!!
Apéro tant attendu puisque nous étions à la fin de notre superbe séjour et une présentation des remerciements auprès de l’équipe organisatrice, Jacky et Jean-François, était prévue.

Irlande41

 

Après le repas, décision de monter une moto dans le camion, puisque son conducteur rencontrait des problèmes intestinaux !!! Les Immodium et le régime banane/riz n’y faisaient pas encore beaucoup d’effet !

Fin de la soirée. Beaucoup décidèrent de rentrer se coucher, quand une équipe d’irréductibles partirent braver les Pubs de Dublin.Irlande42



Jour 8 (vendredi 20 mai) – Dublin – Rosselare – rédigé par Valérie B.

Départ de l’hôtel CAMDEN de Dublin, aujourd’hui nous faisons route vers Rosslare notre point d’embarquement, en longeant la côte Est de l’Irlande.

Irlande439h – Nous sommes tous en ordre de marche, le départ va être donné… Geneviève s’inquiète de savoir à qui appartient le téléphone qu’elle a récupéré dans le parking… Oups la boulette !!!… C’est celui du gardien de l’hôtel… petit jogging matinal pour le rendre à son propriétaire. Nous quittons Dublin sans encombre le convoi s’étale un peu, mais R.A.S nous ne laissons personne en chemin.
9h30 – Nous voici sur l’autoroute, nous roulons à belle allure jusqu’à la crevaison de Gérard et Geneviève… heureusement nos G.O. avaient anticipé cette éventualité et la réparation n’a pris qu’une vingtaine de minutes.
C’est ensuite le tour de Martial d’avoir « un petit problème »… non pas mécanique… mais d’essence… Tout le monde sait que la conduite de Martial n’est pas des plus « sobre »… mais elle est nécessaire pour assurer le bon déroulement de notre trajet à tous… alors Merci les G.O. le petit jerrycan « au cas où » fut le bienvenu.
Pendant ce temps, le reste du convoi a continué sa route et fait halte à Ferns pour le ravitaillement en essence.

Irlande44Irlande4510h30 – C’est lors de cet arrêt que notre trésorier préféré… j’ai nommé Jacky, semble s’être « endormi » sur sa moto. Il s’est doucement couché sur le bitume avec Claudette, cassant l’extrémité de sa poignée d’embrayage, heureusement pas d’incidence pour le passage des vitesses.

Christine notre « pharmacienne ambulante » profite de cette pause carburant pour faire une distribution de médicaments, afin de soulager les maux de ventre des uns et des autres…

12h30 – Apéro improvisé sur le parking du Culletons bar avec nos traditionnelles tartines de Rillette.

Irlande46
Nous profitons de cette occasion pour faire une Standing ovation à Christian, notre dévoué chauffeur, ainsi qu’à Irlande47Babette et Alain pour leur prêt du véhicule d’assistance (il faut bien dire que sans eux, le voyage aurait été plutôt compliqué…).

Le Culletons bar nous accueille pour notre dernier repas sur le territoire Irlandais … et nos derniers petits sandwichs triangulaires au pain de mie… je peux dire que c’est avec plaisir que nous retrouverons nos fameuses baguettes… !!!

15h30 – l’Oscar Wilde est à quai, nous embarquons à bord et prenons possession de nos cabines.Irlande48

16h – Départ pour la France, nous nous retrouvons tous dans les salons pour Irlande49prendre un verre, mais déjà le mal de mer se fait sentir pour certains… Nous les repérons à leur regard fixe et à la blancheur de leur visage… Il est vrai que le bateau tangue un peu, et en tout cas, beaucoup plus qu’à l’aller…

Il va falloir prendre notre mal en patience car c’est une traversée de 15h00 qui nous attend…. Mais heureusement, cette fois, nous avons les cabines pour nous reposer !!!

Irlande50

 

Jour 9 (samedi 21 mai) – Rosslare – Le Mans – rédigé par Jean-François

Débarquement à Roscoff comme prévu et à l’heure après une traversée plus calme sur la fin qu’au début. Nous reprenons donc la route en direction de Saint Brieuc, Rennes, Laval et Le Mans.

Irlande51
Le Road Captain que je suis a prévu un arrêt à St Brieuc pour le déjeuner du midi mais n’avait pas fait de réservation Irlande52particulière (un resto est toujours facile à trouver dans les centres commerciaux que nous avons à l’entrée de nos villes, mais aujourd’hui, c’est samedi, et cela risque d’être un peu plus compliqué). En en discutant avec Martial, celui-ci nous Irlande53indique connaître quelqu’un au Buffalo Grill de St Brieuc et nous propose donc de le contacter pour voir s’il peut nous recevoir.
Irlande54C’est chose faite immédiatement et on peut dire que ce Martial a le chic pour répondre toujours présent lorsque l’on a besoin d’aide. Tout au long du voyage il aura été attentif à se proposer lorsqu’il sent qu’il peut être utile à quelqu’un ou à quelque chose. Un grand merci à lui !

Irlande55Chemin faisant, on apprend qu’il y a pénurie de carburant sur Laval et peut être Le Mans. Donc par précaution nous faisons le plein de toutes les motos le plus tard possible pour ne pas être à court avant d’avoir rejoint nos domiciles respectifs.

Puis on distribue les saumons que la plupart d’entre nous ont acheté à la « CONNEMARA SMOKE HOUSE » et qui ont été gardés précieusement au frais dans le véhicule d’assistance aux bons soins de notre fidèle et dévoué Christian. Qu’il soit lui aussi ici remercié pour tant de dévouement envers ses co-équipiers.
Ce beau voyage se termine un peu dans la précipitation à cause de la forte menace d’orage qui plane sur nos têtes mais chacun gardera le souvenir d’un voyage que tous ont apprécié.

Pour le Road Captain que je suis, c’est le plaisir et la satisfaction de tous qui est la plus belle récompense et là je pense que le pari a été gagné ! Mais je tiens surtout à dire ici qu’il y a eu toute une équipe pour préparer et mettre au point ce voyage plusieurs mois à l’avance et je tiens à remercier :

Jacky Lebouc, Jean-Yves MANZANO, Joël POURCEAU, Jean-Luc ROBERT et Antonio VILCHEZ – ces deux derniers n’ayant pu réaliser le voyage pour raisons de santé.

Irlande56

Merci aussi à Jean Marc HITA qui a toujours eu un œil attentif à la sécurité de tous.

Irlande57

Enfin, nous aurons tous une pensée particulière et devons le remercier pour avoir tout concentré sur lui. Je parle de Gérard T. qui a cumulé les ennuis techniques sans toutefois perdre sa bonne humeur. En tous cas, cela aura fait la démonstration qu’un véhicule d’assistance est bien utile en pareilles circonstances.

Par ailleurs, et même si l’organisation est une chose importante, ce qui fait la réussite d’un voyage tel que celui-ci c’est aussi l’ensemble du groupe qui s’est toujours montré de bonne humeur, joyeux, discipliné par rapport à l’organisation. Il n’y a eu aucune fausse note dans les comportements et l’esprit de camaraderie ainsi que de bonne entente a toujours été présent. De ce fait et pour cela, en plus des beaux paysages, ce voyage a été magnifique à mes yeux !

Le Chapter ainsi enthousiaste est donc prêt à repartir vers de nouveaux horizons. On a parlé d’Ecosse, c’est une suite logique.

 

CR Sortie dans le Morbihan du 23 et 24 avril 2016

Nous sommes arrivés un peu en avance, quelle surprise, certains sont déjà là. Quelle motivation en cette matinée un peu fraîche. Tout le monde à l’heure. Départ à l’heure. Nuages menaçants, mais pas de « rain » à l’horizon, même « purple ». Toute ressemblance…

CR Morbihan 01Un arrêt au bar recommandé par Stéphane, super accueil avec séance photos pour la publicité du bar.

CR Morbihan 02Arrivée à Coët er Roue (Gite de France), notre premier point de RDV prévu chez Annie et Jean-Jacques à 12h00. Zut on a 2 minutes de retard, (pas facile de tenir un planning) pour y déposer nos bagages.

CR Morbihan 03CR Morbihan 04Départ vers Carnac et le restaurant Memes Tra ou nos places de parking avaient été réservées pour un excellent et copieux déjeuner ? C’est là que Nathalie décide de commencer à « organiser » le petit déjeuner du lendemain. Elle vous racontera si elle le souhaite. Non, Gisèle, on ne fait pas les boutiques, tant pis pour la petite robe que tu as aperçue !

CR Morbihan 05CR Morbihan 0615h00, petit run pour rejoindre notre point d’embarquement pour notre tour du golfe. Fraîcheur automnale au rendez-vous, mais malgré tout quelques personnes en plein air.
Apparemment, Eric n’est pas plus à l’aise avec la mer que Gisèle avec les huîtres. Panorama sur les îles du golfe.

CR Morbihan 07Récupération des mobile homes vers 19h00 pour un départ (à pied) vers notre crêperie du soir. « Virginie, active ton maquillage ». 2 kms à pied ça use, ça use…
Oups, le RDV n’était pas à 20h00 mais à 21h00. Tant pis nous nous faisons mal, mais petit bar, bière et saucisson.

CR Morbihan 08Menu astronomique, avec galettes et crêpes, après une petite conversation « causerie » au téléphone avec Bruno.
Pas de restes dans les assiettes, et un retour plus rapide que l’aller (2 kms à pied, ça use, ça use…).
Ils sont un peu pressés d’aller se coucher !

CR Morbihan 09CR Morbihan 10Dimanche matin Gilles et Jean-Jacques nous amènent croissants et pain frais. Formule petit déjeuner demande à être « travaillée ». Les motos sont bien gelées ce matin, mais nous allons encore satisfaire les propriétaires du camping pour une séance photos.

CR Morbihan 11CR Morbihan 12Départ à 9h30 pour un run vers Carnac et ses alignements (découverte pour certains) et un arrêt à Portivy, joli petit port à l’entrée de la presqu’île de Quiberon.
Il n’est pas 11h00 et ils ont déjà attaqué la bière.

CR Morbihan 13CR Morbihan 14Balade sur la côte sauvage avec un arrêt ou certains disent « Qu’est-ce que c’est beau ici ».
Nous arrivons à 12h02 à notre restaurant de Quiberon. Zut, encore 2 minutes de retard.
Déjeuner en terrasse (nous avions tablé sur un peu plus de soleil et des températures un peu plus élevées). Tant pis, convivialité quand même au rendez-vous.

CR Morbihan 15Départ à 15h00 comme prévu pour un retour vers Le Mans. Toujours pas de pluie à l’horizon. Merci à tous les participants pour leur sérieux et leur convivialité pendant cette trop courte escapade. Merci à Jean-Jacques et Annie de m’avoir aidé à cette organisation et de nous avoir guidés pendant ces 2 jours. Un merci particulier à nos 2 « voltigeurs » du week-end (Joël et Jean-Luc) qui nous ont permis de circuler sans encombre et en toute sécurité.

CR sortie Du grain à moudre du 21 février 2016

160225 022160225 044

 

 

1ère Sortie de l’année organisée par Bernard et Bianca sous un ciel menaçant, mais agréable dans l’ensemble.

Départ à 9h00 du Super U de Changé. Nous sommes 9 motos accompagnées de Bernard et Bianca qui ont souhaité faire le trajet en voiture à leur grand regret, Bernard n’étant pas en super forme.

160225 008
Après 10 min. de moto, nous avons fait une première petite pause devant l’étang de Loudon, site ornithologique naturel, où l’on pouvait apercevoir des cygnes, canards, poules d’eau etc.

 

160225 016Reprise des motos, direction Jupilles, en traversant de nombreux petits villages et une partie de la forêt de Bercé. Arrêt à Jupilles au café de la place pour un petit déjeuner. Puis certains profitent du marché sur la place pour acheter quelques victuailles.

 

160225 012
En entrant dans ce café hum ! une bonne odeur de vin chaud nous attendait chauffant sur un joli poêle à bois, et à notre grande surprise Gégé et Fanfan nous ont fait l’amitié d’être présents étant orphelin de leur moto, et trop impatient de récupérer la nouvelle.

 

160225 036160225 031Après cette pause sympathique direction « Le Moulin des Noyers » sur les bords de l’Huisne à Yvré-L’Évêque, accueillis par Isabelle et Pierre Trottin, les meuniers. Celui-ci nous a parfaitement expliqué le cheminement d’un grain de
blé jusqu’à la phase finale pour obtenir différentes farines.

160225 074À la fin de cette visite très intéressante, il nous a été offert une coupe de champagne avec toasts aux bonnes rillettes Sarthoise. Pour parfaire le tout, chaque couple a reçu en cadeau un sac de 5 kilos de farine à son choix. Nous 160225 076remercions de nouveau ces généreux minotiers pour ce super accueil.

 

 

160225 083À 13h00 nous avons déjeuné, à 800 mètres du moulin, au « Jardin Gourmand » près de Papéa. Isabelle et Pierre nous ont rejoint, ainsi que Annick Robert, Nadine et Philippe Morançais pour partager un bon repas ensemble dans un joli cadre.

 

160225 10014h30 : nous reprenons les motos pour une traversée de petits villages de caractère dans notre jolie campagne du Val de Sarthe. Après une pause photos devant le Pont Romain à Asnières-sur-Vègre, nous repartons pour sillonner de belles petites routes en passant par Poillé-sur-Vègre, Vallon-sur-Gée et arriver à 18h00 sur la place de Saint-Georges-du-Bois, fin de notre belle ballade réussie après 250 kms environ.

Capture

Nous avons été gâtés par le temps. Merci à tous les participants et aux aux organisateurs !

 

BABETH et ALAIN

WSR – World Series by Renault les 26 et 27 Septembre 2015

Au cœur de l’évènement !

 MERCI MICHEL

IMG_8334

Certains d’entre nous connaissent la passion de Michel Cruquet pour les sports mécaniques et son implication en qualité d’ingénieur contrôleur expert dans le championnat de Formula Renault 3.5 Series. Avant et après chaque course, certaines voitures font l’objet de contrôles techniques de conformité de pièces mécaniques (moteur, boîte, suspension…), d’éléments de carrosserie, des châssis, des pneumatiques. Les contrôles sont effectués de façon aléatoire et la méthode invite les participants à respecter rigoureusement et scrupuleusement le cahier des charges de ce championnat.

Le principe de l’égalité des chances… les pilotes feront la différence…

Il nous a fait partager cette expérience avec beaucoup de générosité et nous avons été des spectateurs privilégiés et comblés :

  • Rencontre et échanges avec les Teams dans les stands
  • Démontage et opération de contrôle
  • Au cœur des plateaux sur la grille de départ
  • Spectateur en bord de piste

Merci Michel pour cette découverte enrichissante !

Twin Best Regards from LMLC

CR Balade à Cancale les 10 et 11 octobre 2015

Bonjour à tous les bikers et toutes les ladies !!! Mon tour est arrivé de vous faire revivre nos aventures cancalaises.
Merci aux nouveaux membres de Rouillon qui se sont bien défilés pour le compte rendu !!!

Samedi 10 octobre 7h45 RDV parking Super U Arnage.
Plein de bises, de sourires et tous heureux des prévisions météorologiques : pas de pluie en vue durant le week-end. La pluie battante de l’an dernier est encore dans nos mémoires !!!
Briefing de Jean-Marc, rappel des règles de sécurité qui nous permettent de rouler avec beaucoup de plaisir et de confiance.

DSC_9300Départ vers 08h00, Isa et Pascal en tête du convoi, normal, ce sont les organisateurs. Direction vers Chailland, lieu du petit déjeuner et fief d’Édith et Patrick.
Bon, il faut reconnaître que le temps fut sec mais un peu frais !!! J’ai trouvé ma prochaine option : des poignées chauffantes.

DSC_9311
À Chailland nous sommes attendus par Édith et Patrick, notre deuxième couple organisateur. L’établissement est charmant, une belle salle nous est réservée avec un petit déjeuner costaud, fidèle aux vrais bikers :
« pâté, rillettes, viennoiseries, vin rouge, café, thé, etc. ».

DSC_9322

Après ce copieux encas, nouveau départ, direction le village de Pleudihen Sur Rance où nous déjeunons au restaurant La Calle de Mordreuc. Très belle vue sur la Rance, bon accueil au restaurant.
Mais avant de passer à table mécanique générale, crevaison de la moto de notre trésorier « Jacky ».

DSC_9329
Tous les bikers donnent leur avis, mais un seul est allongé sous la moto, Éric, qui prend en charge les opérations ; nous avons les accessoires de réparations rapides mais, avant, il faut lire la notice. Trop tard, le trou est agrandi !!! Bilan, Jacky partira réparer sa roue dans un centre moto à Dinan.

DSC_9412

Après ce repas, départ direction le cap Fréhel en passant par de belles routes tourmentées. Péage pour l’accès au phare, balade sur la pointe, photos du groupe avec les couleurs du Chapter.

DSC_9418Reprise de nos machines pour se diriger vers Saint-Cast. Les paysages sont magnifiques. Arrêt chez un glacier pour parfaire notre silhouette. Lors de nos sorties Patrick prend toujours soin de nos papilles.
Puis direction Dinan où nous séjournons pour la nuit.

DSC_9443

L’Hôtel est bien situé et très confortable avec vue sur le port au pied de la cité médiévale. Après une bonne douche, apéros au bar et ensuite dans une salle de réception. Bonne ambiance comme d’habitude lors du dîner au restaurant de l’hôtel, puis prolongations au bar pour certains d’entre nous. Par contre, rupture du stock de Get 31, certains sont passés à un autre alcool, ils avaient des regrets le lendemain matin !!!

DSC_9464
Bonne nuit pour tous et bon petit déjeuner pour cette deuxième journée. Mais une nouvelle nous attriste : Jean-Luc, notre trésorier adjoint, a fait un malaise durant la nuit et a été pris en charge par les pompiers pour une évacuation vers l’hôpital de Dinan.
Dimanche 10h45, Jacky nous laisse une seconde fois pour accompagner Annick à l’hôpital. Tout le groupe à une pensée et souhaite un rapide rétablissement à Jean-Luc.

DSC_9541

Nous enfourchons, une nouvelle fois nos motos, direction Cancale pour une balade sur le port et dégustation d’huîtres sous un super soleil.

 

 

 

Déjeuner au restaurant Le Narval avec une cuisine toujours aussi raffinée.

DSC_9563DSC_9567

 

 

 

 

16h00, il est temps de penser au retour. Plein des motos et vidange de la vessie pour quelques-uns d’entre nous. Ayant peur d’un départ précipité, un biker a fini la vidange sur son jean ; attroupement, fou-rires et conseils d’ancien du Chapter ! « Il faut porter du cuir, la goutte ne se voie pas !!! ». Ce membre veut garder l’anonymat !!!

Pendant ce temps, Gisèle se vidange l’estomac, une huître a fait des dégâts !!!
Toujours sous un ciel clément nous roulons avec plaisir, profitant des panoramas et de belles routes sinueuses. Arrêt de nouveau pour l’essence ; nous apprenons avec bonheur que Jean-Luc et Annick ont pu rejoindre leur domicile en moto. Nous sommes tous heureux de cette bonne nouvelle.
Reprise de notre route avec un dernier stop aux Maisons Rouges pour nous dire au revoir et se fixer rendez-vous à la prochaine réunion du Chapter.
Milles mercis et compliments à PASCAL, ISA, PATRICK et ÉDITH pour ce superbe week-end.

Vivement l’année prochaine !

Good Ride

Joël

CR de la sortie Chenonceau du 20 septembre 2015

Pour plusieurs d’entre nous c’est la première sortie avec le « Le Mans Legend Chapter », l’occasion de faire connaissance au cours de cette journée organisée autour de la Loire et du Cher pour la visite de l’un de ses châteaux les plus emblématiques, un parcours Royal !
Deux départs organisés pour un regroupement du team en un lieu central. Les Manceaux partent d’Arnage à 08h45 et les Tourangeaux à 08h30. Tous les équipages se retrouvent pour un bon petit déjeuner à Neuillé-Pont-Pierre à 09h45. Après un démarrage un peu « frais » pour l’époque, nous nous regroupons sur la terrasse du café au soleil qui réchauffe tout le monde. Nous faisons connaissance autour d’un Café Croissant bien agréable.  L’occasion de faire les premières photos !

Après le briefing de notre Road Captain Jean-François et les explications sur le circuit que nous allons prendre, nous voici partis pour le Château de Chenonceau.
Nous prenons la route de Tours pour traverser la « Tranchée » célèbre organe Tourangeau qui permet d’avoir une vue imprenable sur le pont Wilson (pont construit de 1765 à 1778) ainsi que les axes principaux menant au centre de la ville, la rue Nationale et l’avenue Grammont, les lieux les plus fréquentés de Tours.
Le centre de la ville étant bloqué du fait du Marathon annuel, nous prenons les longs de la Loire en bas de la tranchée en direction de Vouvray et Amboise. Le bord de Loire est magnifique avec ses légères brumes matinales.
Nous sommes prudents, beaucoup de voitures débordent sur la chaussée, garées le long de la route pratiquement sur toutes les communes que nous allons traverser, c’est le week-end des brocantes et des vides greniers !
Nous arrivons sur Amboise et traversons le pont central qui offre une vue sur le Château Royal dont François 1er fut le plus célèbre Roi marquant ce lieu historique ainsi que Léonard de Vinci dont les inventions sont encore de nos jours représentées au Clos Lucé laissant à Amboise une empreinte indélébile.

Après un passage sur le bord de Loire au pied du Château, nous nous dirigeons vers Chenonceau ou une bonne table nous attend. Il faut se restaurer avant d’entamer la visite du célèbre Château qui enjambe le « Cher ».

 

Rendez-vous au « Relais de Chenonceau » mais avant de nous retrouver autour de l’apéritif, il faut garer les motos à l’abri car l’espace ne le permet pas devant le restaurant.

 

Le patron du restaurant nous propose alors un petit terrain à proximité où nous pourrons, en faisant attention de ne pas déraper sur les gravillons, parquer nos motos.

 

 

 

 

 

 

Direction la terrasse pour un apéritif local à base de jus d’orange !

 

 

Nous partageons nos expériences et continuons de faire connaissance entre les membres du team. Les plus expérimentés qui ont réalisés de beaux voyages, nous font part de leurs expériences.
Les histoires fusent, et certain experts, comme Martin, nous régalent de leurs histoires vécues.

Afin de respecter le timing nous passons ensuite au restaurant où une belle tablée régionale nous attend.
Le repas est très agréable et copieux avec une cuisine maison que toute l’équipe apprécie.

Arrivés sur le site de Chenonceau, après avoir garées nos motos, nous partons vers le château. Jean-François récupère les billets afin que nous puissions pénétrer sur le site.

Nous nous dirigeons ensuite vers le château, mais avant, nous déposons nos casques dans des coffres. L’opération qui paraissait simple s’avère plus complexe car certains n’ayant pas lu la notice d’utilisation avant de fermer les coffres, nous devrons les faire débloquer à deux reprises par un vigile avant de pouvoir les déposer et de rejoindre l’équipe. Nous saurons pour la prochaine fois !

Une petite photo de groupe pour le cas où nous en perdrions en route !

Notre Road Captain a bien fait les choses, son guide à la main il nous dirige vers le premier point d’intérêt.

 

Le Château de Chenonceau est appelé le Château des Dames, nous prenons donc une photo des nôtres.

 

Nous commençons notre visite avec les parcs et nous nous dirigeons vers le lieu recherché pour « la » prise de vue indispensable du château sur le Cher.

Nous profitons de cette vue magnifique pour faire une photo du team.

Nous sommes en plein weekend d’ouverture des monuments historiques. Même si ce Château n’est pas directement concerné par cette manifestation nationale, beaucoup de monde s’est donné rendez-vous sur le site.
Nous entrons maintenant dans le Château, les salles plus belles les unes que les autres s’enchaînent.
Le Château a été construit et aménagé par ces femmes qui ont marqué l’histoire, Katherine Briçonnet, Diane de Poitiers, Catherine de Médicis et Louise Dupin qui le sauvera pendant la révolution. Nous retrouvons leurs empreintes au fur et à mesure de la visite.

Avant de reprendre la route, une partie de l’équipe quitte le château et visite les jardins potagers fleuris, la ferme du XVIème siècle et la Galerie des Attelages.

 

C’est la fin de la visite, nous rejoignons nos motos puis, comme plusieurs d’entre nous prendrons une route différente pour rentrer à leurs domiciles, nous nous disons au revoir. Nous retournons vers Amboise, Tours, puis Neuillé-Pont-Pierre avant que les Manceaux rejoignent leur base.
Ce run aura été une belle nouvelle expérience pour les nouveaux au Chapter, une très belle journée qui marque le début d’une amitié et laisse présager de belles aventures.
Bravo et merci à Laurence et Jean-François pour l’organisation de ce run et au reste de l’équipe pour la bonne humeur partagée.

Gilles Le Goff

CR de la sortie « Barrage d’Éguzon » du 6 et 7 juin 2015

Nouvellement arrivés au Chapter, la sortie au Barrage d’Éguzon dans l’Indre (36) sera notre baptême du run.
Nous allons pouvoir prendre acte du confort d’assise (enfin surtout pour moi la passagère) de notre Vrod Muscle sur grande distance… Aïe aie aïe…
C’est donc avec un peu, beaucoup, d’appréhension que je me suis engagée à vous faire partager nos premières impressions pour notre première grande virée.

7h45 RDV sur le parking du Super U de Changé. Tout le monde est là, impatient de partir. Merci à Alain d’avoir eu pitié de mon dos !!!
Et Franck, mon cher époux, la prochaine fois écoute moi, prend la sacoche de voyage !!!
Petit brief de notre Road Captain Bernard : Sécurité et Plaisir sont les maîtres mots.

8h00 Départ en direction du Super U de La Chartre-sur-le-Loir pour récupérer 3 autres motos. 45 minutes plus tard, nous arrivons dans la ville, le Super U est sur la route, cela s’annonce plutôt bien.
Traversée du village au ralentie, sous les yeux encore embrumés de quelques badauds, la moto de tête cherche le point de rendez-vous.
Il faudra penser à déposer un permis de construire pour le Super U, à moins qu’il ait été rasé dans la nuit…  toujours est-il qu’on ne l’a pas trouvé sur la route !!!
Les téléphones, c’est bien pratiques, nous nous sommes tous retrouvés et avons repris notre périple direction Amboise.

Nous découvrons la campagne Tourangelle avec ses petites routes, ses champs de coquelicots, des près et des forêts, un décor qui fait oublier le temps.
Justement…, le temps, il n’est pas encore à la hauteur de nos espérances ; ciel moutonneux, vent, fraîcheur matinale nous refroidissent quelque peu. Le soleil a bien du mal à pointer le bout du nez.
Que l’on se rassure, c’est pas ça qui va nous arrêter !
Chemin faisant, nos motos en quinconce respectant au mieux les directives de notre Road Capt’n, nous roulons vers Amboise… quand tout à coup, à un stop, une moto déboule à toute vitesse sur notre gauche manquant de peu l’arrêt d’autant qu’une voiture arrive.
Grosse frayeur pour nous.
Que se passe-t-il ???
Il a un problème de freins ou quoi ??!!
Des problèmes, il en aura… mais pas de cet ordre. Pour l’instant en tout cas ça surprend !!!
Nous l’apprendrons plus tard… c’était juste Jean-Christophe qui s’est improvisé Safety… pas de panique !!!
Rive gauche, le voilà !!!
Surplombant la Loire, sur son promontoire rocheux, la forteresse médiévale, dernière demeure de Léonard de Vinci, rappelle à nos mémoires la richesse historique et culturelle de la région.
DSC_6395Il est temps de nous réchauffer; un petit-déj. nous attends au « Paddock » d’Amboise : boissons chaudes, croissants, jus d’oranges, rien de tel pour reprendre des forces.
Une première pause attendue, surtout pour regonfler nos derrières enquilosés (surtout le mien).
Douze Harley bien alignées, ça ne passe pas inaperçu !!!
Une jeune fille aux cheveux grisonnant se serait bien vu faire la route avec nous.

DSC_6399Allez, il faut reprendre le fil de notre excursion.
Petit rappel de sécurité (pas de Safeties), petit point pour le ravitaillement (nous ne nous arrêterons pas à Loches comme initialement prévu) et le top départ est lancé sous la baguette, ou plutôt sous le klaxon de notre Road Captain. Chaque moto fait vibrer son moteur à l’unisson dans une mélodie bien agréable et tellement reconnaissable.

Direction le pays de la Brenne et ses étangs.
IMG_6157Après quelques minutes de route, un arrêt impromptu.
La moto de Jean-Christophe fait un caprice. Il décide de rentrer au bercail.
Nous reprenons donc la route à onze.
De nouveau des paysages agréables s’offrent à nos yeux et nos narines hument les délicates effluves du printemps.
Une déviation contrariera les plans de route sans faille de Brigitte (on s’en est même pas aperçu !!!). Résultat : 7 km de bonheur en plus à chevaucher au milieu des vignobles. Le pied !

IMG_6162Dans le village de St Genou, nous sommes accueillis par une drôle de population.
Habillés de jeans, bottes, chemises à carreaux, chapeaux ou encore des robes de nos grands-mères. Plantés sur des piquets, de jolis épouvantails agrémentent les rues du village rappelant aux Génulphiens et autres visiteurs que la fête c’est pour bientôt (fête de l’épouvantail les 13 et 14 juin 2015).

Il nous reste une trentaine de kilomètres avant de mettre pied à terre pour le déjeuner, mais c’est avec une certaine inquiétude que mon pilote regarde l’autonomie de son bolide : NONNN… il va pas me faire le coup de la panne ???!!!

DSC_6412Sur la route des étangs, je découvre des panneaux de circulation qui me sont encore inconnus mais très explicites.
Attention passage de Cistude – comprenez « tortue de Brenne » – ça peut prêter à rire, mais il faut savoir que la tortue ici est reine.
On estime environ à 100 000 individus la population de la Brenne. Ce n’est donc pas un hasard si la tortue Cistude d’Europe a été choisie comme emblème du Parc Naturel Régionale de la Brenne.

IMG_6166Au détour d’un croisement, nous arrivons à l’Auberge de la Gabrière. L’établissement est situé face à un vaste étang où de nombreux couples de cygnes ont l’air d’avoir pris leurs habitudes.
Une grande tablée a été dressée sur la terrasse en vis à vis de l’étang. Le soleil que nous attendions tous, a fait son apparition. Quel beau panorama !

Tiens… ! Mais qui voilà ?!!! …   C’est Jean-Christophe.
Ah Bon… ? Je croyais qu’il était parti…
Eh non !!! Finalement sa moto est revenue à la raison et le revoilà parmi nous pour la suite de nos aventures.

DSC_6407La cuisine c’est pas mon truc, alors ne comptez pas trop sur moi pour vous donner, avec des mots, l’eau à la bouche.
IMG_6169Sachez cependant, qu’il nous a été proposé une cuisine régionale et traditionnelle de qualité avec entrée (lentilles vinaigrées tiède/œuf poché/jambon cru), plat de résistance (veau/grenaille/tomate cuite), assiette de fromage (2 grosses parts bien généreuses, voire trop), dessert (3 boules de glaces avec des fruits frais) et vin de pays. Autant dire que nous avons bien mangé et certain plus que d’autres.
Oh j’allai oublier… l’apéritif… un moment, pour les lambdas que nous sommes, très poétique !
Mains gauche s’il vous plaît !!!
Santé, Bonheur, Amour, Prospérité… vous connaissez la suite !

DSC_642115h00. C’est pas tout, mais il va falloir penser à reprendre la route et surtout à ravitailler les machines. Bernard et Bianca ont étudié la question. Un petit changement de plan s’impose.
Allez, on pose pour la photo de groupe…  « Cheese ! »

Et c’est sous le soleil que nous repartons pour notre périple, direction le Barrage d’Éguzon Enfin, d’abord le Super U, les motos ont soif, surtout la nôtre (petit réservoir).
Ce fut d’après les habitués, un ravitaillement des plus rapides : 4 pompes. Le luxe !!!
Ce ne sera pas toujours le cas…

barrage d'eguzon &divers photos 084Arrivée prévue pour 17h00. Nous sommes dans le timing.
Les paysages sont changeants, viaducs et belles bâtisses se succèdent. Passé le village Le Pont Chrétien – Chabennet, un drôle de spectacle se découvre devant nous.
Des centaines de camions de l’armée française, gisant, abandonnés à leur sort, rangés avec soin dans un champ. Un cimetière ?

DSC_6427Les routes ondulent de plus en plus à l’instar de la Creuse, on pourrait se croire en montagne.
Nous approchons !
Des odeurs de sous-bois chatouillent nos narines.
Nous empruntons « le pont des piles ». Le voilà ! De toute sa hauteur (61m) le barrage se dresse devant nous.
Le barrage d’Éguzon est un barrage hydro-électrique français, exploité par Électricité de France.
Ses travaux ont débutés, à l’initiative de Léon Chagnaud, en 1922 pour s’achever en 1926.
Il a une capacité de 57,2 millions de m3, et est irrigué par le lac Chambon.
À sa construction, il est l’un des plus grands barrages hydro-électriques d’Europe.

DSC_6428Ah ben non… on s’arrête pas ??!!?? Les grilles sont fermées… Bizarre.

En fait, les visites n’ont lieu que les mardis et mercredis. Encore fallait-il le savoir ou… peut-être, faut-il changer les jours de week-end ???

Qu’à cela ne tienne, nous faisons demi-tour vers le belvédère, une vue imprenables sur le lac de Chambon nous attend.
Âmes sensibles… s’abstenir… c’est haut ! Surtout quand on a le vertige…
Après quelques échanges de bons plans avec d’autres randonneurs motorisés et quelques séances photos, il fait soif !!!
IMG_6196Certains sont déshydratés et prêt à tout pour s’abreuver. Alors qu’elle ne fut pas notre déception lorsque nous arrivâmes près de la plage du lac, pensant pouvoir se désaltérer les pieds dans l’eau, que de découvrir le bar de celle-ci fermé !!! Le Choc !!!
Finalement, se sera sur la place d’Éguzon, à la terrasse du seul café de la ville ouvert ; « Le Bienvenue », que nous prendrons nos rafraichissements.

IMG_6203La fatigue commence à se faire sentir.
Direction Argenton-sur-Creuse, à une vingtaine de minutes, pour rejoindre notre hôtel ; « Le Cheval Noir », ancien relais de poste.
Nous aurons quelques difficultés à trouver le parking/garage (aurait-il disparu lui aussi… ?)
Ah !!! Il était caché derrière, à l’abri des regards.
Les motos au repos, nous pouvons prendre possession de nos chambres et nous délasser sous une bonne douche avant de tous nous rejoindre pour diner à 20h30.

IMG_6213Je ne suis toujours pas plus douée pour vous parler gastronomie.
C’était de nouveau des plats régionaux en particulier pour l’entrée ou à la vue de l’assiette, ma première pensée fut : « encore des lentilles !!! ».
Néanmoins, ma première bouchée m’étonna par le raffinement du produit. Le dîner fut gustatif, le personnel très agréable et souriant.

DSC_6475Extinction des feux… Happy Birthday Brigitte
Un événement à ne pas louper.
Cadeaux et Gros bisous.
Bernard est tout fier d’avoir pu jouer l’effet de surprise.

Alors que certain profitent de la fraîcheur nocturne pour prolonger leur discussion, d’autres, la fatigue aidant, prirent congés pour une bonne nuit.

DSC_6487Dimanche, petit-déj. à partir de 7h30, départ prévu 8h30.
Nous revoilà, tous au diapason, pour entamer une nouvelle journée pleine de richesse.
IMG_6271Cap sur le village de Gargilesse-Dampierre, où résida la célèbre écrivain George Sand de 1857 à 1864.
Le petit village pittoresque, classé parmi les plus beaux villages de France, niché dans la verdoyante vallée de La Creuse, a accueilli nombre de peintres séduits par la vision romantique de ses maisons aux toitures pentues, harmonieusement regroupées autour de l’église romane et du château.

DSC_6533Pour nous, se sera quartier libre jusqu’à 10h14. Nous entamons une charmante ballade dans les ruelles à la découverte des jolies demeures, des abords du château et de l’église. Sous le chevet de celle-ci, s’étend une vaste crypte accessible par un bel escalier de pierre. Ses voûtes sont décorées de fresques datées du XIIIe et du XIVe siècle.

Retour à la surface, après un petit café au bar du village, c’est pose pour la photo de famille. Les gars d’un côté, les filles de l’autre.

IMG_6286Il est 10h15, direction l’Intermarché d’Écueillé pour faire le plein de carburant.
Si nous avons connu un ravitaillement des plus rapides hier, il n’en sera rien pour celui-ci.
2 pompes dont une qui a dû avoir peur lors de notre arrivée vrombissante.
Rien ne fonctionne !
Brigitte est obligée de faire déplacer les gérants.
Pour finir, ces derniers mettront les pompes en libre-service et chacun devra à son tour, aller régler en caisse. En plus, il fait froid !
En attendant, nous donnâmes nos encouragements à de jeunes compétiteurs de caisse à savon en pleine répétition.

DSC_6537Tout le monde en selle, le Moulin de Chaudé nous attend. Jean-François et Laurence, nos amis Tourangeaux aussi.
Dans la commune de Chemillé-sur-Indrois, Céline et son mari nous reçoivent à déjeuner. La table est déjà prête, dressée sur la terrasse au bord du lac. Et enfin le soleil apparaît !
Un repas digne des plus grands restaurants nous est servi.
DSC_6549Finesse et originalité se font la part belle.
Surtout ne soyez pas surpris, quelques fleurs garnissent les assiettes mais tout se mange !
Du saumon fumé maison avec des œufs de poissons volant et des germes de poireaux, de la pintade sur un lit de fruits de mer, une tarte au citron revisitée avec son gingembre confit, le tout agrémenté de vins de pays.
DSC_6539Après tout ça, une petite sieste sur la pelouse s’impose mais aurons-nous la force de nous relever ??!
Le charme des lieux est entêtant, les canards le savent !
Céline, notre hôtesse, est à nos petits soins, prête à nous conter l’histoire du moulin et ses projets déco.
Malheureusement, le temps nous est compté et il nous faut prendre congé.
Le coin est magnifique, certains projettent déjà de revenir.

DSC_6559C’est donc à 13 motos, que nous repartons direction Azay-le-Rideau.
Sur la route, la moto de Jean-Christophe nous fit à deux reprises de grosses frayeurs.
Je vous avais bien dit qu’il aurait d’autres problèmes. Encore une histoire de carburateur…
Repars… Repars pas… Ah si, c’est bon !!!
Nous empruntons la « route des châteaux et belles demeures ». Peut-être devrions-nous la rebaptiser « route des dos d’ânes ». Il paraît que c’est la plus belle… mais pas pour mon postérieur.

DSC_6580Quel soulagement lorsque nous arrivons au « Bar de la Plage » de l’Île.
Le temps s’arrête.
Nous pourrions presque nous croire dans un tableau de Sisley, renommé « le pont de l’ile », ou de Monet pour un après « déjeuné sur l’herbe ».
Les discussions vont bon train, mais on sent la fatigue poindre.
Une petite boisson rafraîchissante, un dernier regard sur ce lieu envoutant et déjà nous repartons.
Langeais, St Mars La Pile… la fin de notre périple approche mais notre Road Capt’n a encore une carte à jouer.
IMG_6323Une petite route sur la droite à Cléré Les Pins nous emmène…
Je ne sais pas où… mais
mon assise s’est transformée en trampoline !!!

Il apparaît, caché derrière les arbres, le château de Champchevrier (château de style Renaissance construit au XIVe et XVIIIe siècle) dans toute sa splendeur. Une bâtisse aux pierres blanches ; les façades ont été rénovées en 2013… Tout autour, des douves en eaux.
IMG_6326De chaque côté d’une entrée secondaire, une meute de chien de chasse tricolore ; On pourrait se croire à Cheverny.
La grille du château, majestueuse pièce de ferronnerie, est rehaussée d’une couronne symbolisant le passage d’un roi en ces lieux.
Cela ne coûte rien, certains s’imaginent châtelain, festoyant d’omelettes aux truffes… On a le droit de rêver !!!

IMG_6328Nous laissons la vie de château derrière nous, la réalité nous rattrape. Dernier arrêt à Château-la-Vallière où les petits réservoirs trouveront la force de faire les derniers kilomètres qui les ramèneront à la maison.

Tout le monde se dit au revoir et a très bientôt, car sur la route du retour notre convoi va se disloquer au fur et à mesure des kilomètres restant, mettant ainsi fin à un week-end de découverte et de partage, le tout avec des gens charmants et super sympa dans une ambiance simple et bon enfant.

…Et Pourvu que ça dure !!!

Brigitte Leforestier

 

CR Week-end de l’ascension dans le Périgord du 14 au 17 mai 2015

Je voudrais commencer par remercier Bernard pour la patate chaude qu’il m’a refilée en me passant du beurre dans le dos pour que j’accepte d’écrire ce compte rendu !
Espèce de salopard ! Je t’adore !
Déjà, le simple fait de me mettre au clavier pour rédiger ces quelques lignes me replonge quelques années en arrière, lorsque j’avais la lourde tâche de raconter les sorties Chapter.
Cela me rajeunit de quelques mois de mai, mais l’angoisse de la page blanche me reprend tout à coup ! Comment vais-je m’y prendre ?
À l’époque, j’essayais à chaque fois de trouver, une idée, un fil conducteur qui puisse rendre le récit plus vivant, plus attractif en particulier pour ceux qui n’avaient pas participé à la sortie.
Cette fois-ci, je n’ai pris aucune note, à peine quelques photos et je le déplore car nous avons vécu durant 4 jours tant de bons moments, d’anecdotes, vu tant de beaux endroits,  « goûté » tant de mets qu’Épicure n’aurait pas reniés qu’il va m’être difficile d’être exhaustif et de tout remettre dans le bon ordre !

Je vais donc tenter de vous conter nos aventures pèle mêle au fur et à mesure qu’elles reviennent à ma mémoire encore embrumée.
Pour les photos, c’est Patrick qui s’y est collé comme d’habitude. Avec tout le talent qu’on lui connait, je ne suis pas inquiet, j’espère simplement qu’il me les envoie très vite pour aider ma mémoire !

DSC_5719Tout commença sous la pluie sur le parking de notre lieu de RDV Arnageois où Alain et Babette étaient les premiers arrivés – il faut saluer là la politesse et le savoir vivre des nouveaux membres, déjà un bon point pour eux.

Ils n’avaient pas oublié « eux », le dernier rappel de notre charmante secrétaire précisant : « Rdv 7h30 pleins faits pour départs à 7h 45 ».

C’est donc plutôt vers 8h00 (car tous n’avaient pas lu le mail), alors que le ciel avait décidé de nous épargner, que le convoi s’ébroua.

DSC_5726Martial en tant que Safety Officer en chef imposa sa loi (jeu de mot), épaulé par quatre autres équipages, volontaires désignés d’office !
Nous partîmes 17 motos plus une allemande à quatre pattes pour l’intendance, pilotée par Marie.
Et par un prompt renfort nous nous retrouvâmes 20 à Château-du-Loir où nous retrouvions Jean-luc et Fabienne organisateurs du Trip, puis presque 21, à l’heure du déjeuner, lorsque certains dont, par compassion, je tairais le nom, eurent enfin compris qu’il fallait mettre un peu d’essence dans le réservoir pour que leur monture puisse leur permettre de rester au sein du convoi !
DSC_5757Notre première journée, bien plus qu’une étape de liaison vers le Périgord Noir, fut un régal pour les bikers poètes que nous sommes.
DSC_5743Quel plaisir de traverser la France profonde par son centre, passer de villages en villages, Yzeures-sur-Creuse, Mortemart, Chalus, franchir ses cours d’eau, en serpentant le long de routes intemporelles à la manière de Charles Trenet lorsqu’il chantait « Nationale 7 ».
Le ciel nous avait à l’œil, mais ne versa aucune larmes, il nous épargna. C’est à peine si quelques gouttes vinrent par ci par là, humecter nos visières.
Le temps ne fut pas à la crème solaire ni aux Ray-Ban, néanmoins, suffisamment clément pour savourer la balade sur un ruban aux courbes bien sèches.
DSC_5756C’est vers 19h30 que nous arrivâmes au domaine  « Le Montant » finalement plus humides de l’intérieur sous nos tenues étanches, qu’à l’extérieur.
DSC_5764Il fallut un peu de temps pour que chacun trouve son logis. Ceci fut fait après avoir remis un peu de désordre dans la liste surréaliste de numéros imaginaires des bungalows attribués dans laquelle même la propriétaire ne s’y retrouvait pas. DSC_5782Après moult demi tours pétaradants, au grand déplaisir des voisins, nous nous retrouvâmes sous le Barnum des familles Zavatta et Pinder (Lolo, Fred, Martial et Bruno) qui pour l’occasion nous invitèrent à trinquer tous ensemble au plaisirs de se retrouver ou de se rencontrer. »

« toc, toc, toc, …qui est là ?…. C’est Ilan !…Ilan qui ?…. Ilan faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux !…. »

IMG_3609Ça y était, le délire pouvait commencer… !!!
Les Agapes nocturnes furent raisonnables et consommées sur place à l’auberge du camp dans une ambiance très gay friendly, puisque Nono la blonde emperruquée déclara fougueusement sa flamme à son partenaire de dortoir, le petit  « Martialou » exhibant fièrement son tout dernier bermuda rose en accord parfait avec sa chevelure bleue du meilleur goût.

DSC_5784La météo se déchaîna durant toute la nuit comme si le ciel, n’en pouvant plus de se retenir, relâchait d’un coup toute la pression accumulée durant la journée pour nous avoir épargnés.
Les crépitements incessants des gouttes sur le toit de nos cabanes perturbèrent un peu nos sommeils mais au matin, tout fut oublié lorsque la pluie cessa miraculeusement pour le petit déjeuner puis quelques minutes à peine après que les V-Twins se soient mis en branle.
Jean Luc et Fabienne nous avaient concocté un programme riche et varié pour découvrir cette magnifique région qu’ils ont adopté depuis quelques années et qu’ils connaissent comme leurs poches.
DSC_5831Pour commencer, c’est vers la Roque Gageac que Jean-Luc nous mena.
Le village, niché entre falaise et Dordogne, est classé parmi les Plus Beaux Villages de France.
Le meilleur moyen de l’admirer c’est d’embarquer à bord des fameuses gabarres pour une balade sur la Dordogne. Ces bateaux traditionnels à fond plats, étaient utilisés autrefois pour transporter les marchandises le long de la rivière. Je me contente de ne répéter que ce nous expliqua notre sympathique guide érudite, jeune ingénieur en recherche d’emploi.
DSC_5851Les jeux de lumières, variant sans cesse entre ombre et lumière de ce début journée furent propices aux photos des maisons dorées aux toits de lauze et de tuiles brunes qui se mirent dans la rivière. Le Château de Castelnaud dominant la Dordogne, fut sans aucun doute le point d’orgue de notre croisière. Après une heure de navigation, il fallait respecter le timing et reprendre la route pour rejoindre par les méandres de petites routes campagnardes notre étape du déjeuner.
DSC_5953C’est à Martel dans le Lot que nous posions nos béquilles dans une ruelle au pied de l’estaminet « Au Hazard Baltazard ». Au rez-de-chaussée, nous entrons dans une boutique d’antan « le comptoir des Bouriettes » au désordre savamment entretenu. Sur les étagères abondance de produits du terroir vous invitent à nous mettre aux fourneaux.
DSC_5960Lorsqu’enfin l’eau nous vint à la bouche, c’est à l’étage que nous découvrions la table dressée pour déguster les produits maison : foies gras, cuisses confites dorées à point, foie gras poêlé sans sel (pour le régime de votre serviteur) etc…

Voici le lien pour visionner la vidéo du départ du groupe :
https://youtu.be/gRIVVlyig0g

DSC_6006Nos bikers repus et contents reprirent la route avec un cran en moins à la ceinture, les sacoches empesées de quelques victuailles locales direction  le Gouffre de Padirac. C’est la plus célèbre curiosité géologique de France que nous découvrons ou redécouvrons. Un peu d’exercice pour descendre à plus de 100 m dans les entrailles de la terre puis pour embarquer sur la rivière souterraine et admirer le travail somptueux de découpage de concrétions réalisé par dame nature depuis des millions d’année.

DSC_6019« Mon Amour est parti avec le loup dans les grottes de Rock-Amadour… »
Le rythme rock’n’roll de notre journée ne se relâchait pas, puisque c’est à Rocamadour que nous posons nos V-Twins pour la dernière étape de cette deuxième journée.
Rocamadour, perché comme un nid d’aigle, vaut bien un petit détour et l’effort de monter tout là-haut, rendre une petite visite à notre dame de Rocamadour, la vierge noire.
Après une belle montée d’escaliers très salutaire pour évacuer une partie des excès du déjeuner et une balade dans la rue de la Couronnerie bordée de maisons médiévales, il est temps de repartir vers Sarlat via les causses et Gourdon.
DSC_5830Beaucoup de motos sur place avec le passage du rallye Club 14 créent quelques embouteillages, un peu de confusion au moment du départ, pour une fois en avance sur l’horaire.
Le convoi redémarre sans prendre garde si tous les équipages étaient présents et ce qui devait arriver arriva !
Johnny et Laetitia, alias Guy et Michèle, se retrouvent abandonnés sur le parking lorsqu’ils reviennent à l’heure pour repartir. Amertume et déconvenue pour nos amis !
Heureusement, « l’idole des jeunes » n’est pas restée les deux pieds dans la même « blue sweet shoes » et « seul » il voulait « rester vivant » sans que « les portes du pénitencier » ne se referment « quand revient la nuit ». Il fit appel à ses « souvenir souvenir » et « Gabrielle » « je te promets » que « j’ai l’envie » de rentrer au camping pour écouter « toute la musique que j’aime » et « que ma Harley repose en paix ». Bref, ils retrouvèrent leur chemin !
IMG_3722Tout était bien qui finissait bien puisque tout le monde était rentré au bercail. Après quelques plates excuses les plus sincères tout se termina un fois encore dans la joie et la bonne humeur, d’abord sous le barnum Zavatta Pinder avec combat de Sumo à l’affiche.
Alain et Babette, nous firent alors la surprise de nous offrir pour nous mettre en appétit, s’il en était besoin, apéro, petits fours et canapés au foie gras pour fêter leur entrée au Chapter. Deuxième bon point. L’examen d’entrée est concluant.
La soirée se poursuivit à l’auberge du camp. L’animation fut assurée par notre équipe de clowns attitrés et par un défilé de pin-up aux poitrines très avantageuses, tout à fait naturelles bien sûr.
De quoi faire blêmir Jane Birkin.

DSC_6069Déjà samedi, dernière journée avant d’entamer la route du retour.
Programme beaucoup plus cool avec en point d’orgue une matinée consacrée au marché de Sarlat.
Imaginez un cœur de ville historique où les maisons construites en pierres calcaires ton ocres s’enchevêtrent les unes dans les autre. Des rues pavées comme elles l’étaient au moyen âge, et des camelots dans tous les sens, dans toutes les rues, c’est énorme !
Le marché de Sarlat est une institution qu’il ne fallait pas manquer, c’est pourquoi Jean-Luc tenais beaucoup à nous le faire découvrir.

DSC_6030Toute la bande se dispersa par petits groupes en allant se perdre dans les innombrables ruelles. Dès 10 heures du matin, certains se promenaient déjà en dégustant des figues fourrée au foie gras, un régime sa s’entretient !
D’autres faisaient des provisions à emporter de produits du terroir. Quelle aubaine que Marie soit venue en voiture, elle ne repartirait pas à vide.

DSC_6098Nous reprenons la route vers Domme à une dizaine de kilomètres de Sarlat. Perché sur une falaise vertigineuse Domme nous offre une vue exceptionnelle sur la vallée de la Dordogne et les Plus Beaux Villages voisins de La Roque-Gageac et Beynac-et-Cazenac. Il s’agit d’une bastide aux pierres dorées typique de cette vallée de la Dordogne. Une petite balade à pied quelques photos de groupe avec les couleurs du Chapter et nous repartons sous les yeux ébahis des badauds surpris par l’anachronisme du vacarme de nos machines et la quiétude intemporel du lieu. DSC_6110Midi, l’heure tant attendue par les gourmets de la troupe. Nous ne serons pas déçus. Jean Luc nous a fait une belle surprise en nous réservant une tablée à la ferme auberge Du Maraval.
Situé au cœur du Périgord noir, cet ancien séchoir à tabac restauré a gardé toute son authenticité de même que ces propriétaires, cousin et cousine, périgourdins pur jus qui nous ont gavés de salade périgourdine, de civet de canard et autre tarte aux noix, le tout arrosé de vin de cahors bien corsé.
DSC_6114Un endroit incontournable, authentique, d’où nous sommes ressortis plus que rassasiés mais heureux de ce partage particulièrement convivial.
Les kilos s’accumulent, 1, 2, 3 en trois jours. Au retour du week-end, les balances délivreront leur verdict !
DSC_6126L’après-midi sera consacrée à la visite de deux sites troglodytiques : La Roque Saint Christophe et la Maison forte de Reignac. Au sein même d’une falaise abrupte surplombant la Vézère ces deux sites recèlent à la fois une curiosité naturelle par ces cavités profondes creusées par l’eau durant des millénaires et l’histoire d’une civilisation qui les aménagea au cours des siècles pour y vivre.
Si le premier site attira la curiosité de la majorité, le deuxième vit une partie du groupe préférer s’adonner à une petite sieste digestive dans l’herbe fraiche du bord de rivière.

DSC_6159Nous voici de retour au camp pour notre dernière soirée. Une fois encore le désormais rituel RDV sous le barnum Pinder Zavatta pour apéro et petits fours, restes de la veille, puis soirée de gala à l’auberge du camp. Nos animateurs préférés avaient encore une fois tout prévu façon repas de famille à l’ancienne avec cahiers de chants, petits chapeaux et cotillons.
IMG_3728Les talents se succédèrent avec plus ou moins de bonheur pour pousser la chansonnette, encouragé par Bernard qui nous dévoila ses talents d’harmoniciste, accompagné à la guitare électrique au design futuriste par Manitas de Hita.
Les cœurs s’élevèrent pour entonner les rengaines d’antan. Même si il fut parfois compliqué de trouver l’octave, le plaisir d’être ensemble était évident et la joie dans les cœurs !
Des anecdotes il en y eut à la pelle, je ne peux me souvenir de toutes, en tout cas ce fut un week-end intense et amical comme on les aime depuis déjà bien longtemps au Le Mans Legend Chapter !
Grâce à Jean-Luc et Fabienne, qui ont mis la barre bien haut, j’ai pour ce qui me concerne vécu de merveilleux moments parmi des gens très sympathiques. Merci à notre équipe de clowns (Lolo, Fred, Bruno et Martial) qui avaient préparé discrètement leur affaire bien en amont. Ils nous ont fait partager des moments d’animation d’intense rigolade, quel talent !
Allez, maintenant je peux vous le dire : je ne regrette pas de m’être réinscrit au Le Mans Legend Chapter, ce week-end m’en a convaincu.
Encore bravo !!!

Je passe la main pour le dernier jour, car nous avons été contraint de rentrer au Mans dès dimanche matin.

Philippe Chevalier

**********************

Dimanche matin : départ 10 heures – synonyme de grasse matinée.
Il faut dire que la veille au soir, comme les autres soirs après le repas, c’était de nouveau rendez-vous chez la bande de déjantés pour la dégustation de rhum Papa, Lemoncelo, menthe pastille et autres breuvages qui aident les uns à dormir, et les autres à ronfler. Tout ceci accompagné de la fumée de cigare de notre ami Bernard.
Juste le temps de « décéllophaniser » les motos pour certains, pour d’autres la voiture, voire le mobil-home, ce qui raccourci d’autant la durée de sommeil… Donc, à 10 heures, après avoir remercié le personnel du camping, c’est le départ direction Souillac puis Brive par une route aux courbes généreuses avant l’autoroute jusqu’à Limoges, pour un déjeuner dans un endroit encore atypique où l’on trouve une étable garnie de divers animaux derrière une vitrine à l’entrée du restaurant.
Puis de nouveau l’autoroute jusqu’à Châteauroux. Là, on sent bien que l’on est sur le retour d’un long week-end ! La prudence est de rigueur vu l’intensité du trafic.
Enfin, dernier ravitaillement pour les petits réservoirs à Chateau-du-Loir, où tout le monde se quitte après un week-end bien rempli.

Jean-Luc Duluard